Perchlorates dans l'eau du robinet...

La présence de Perchlorate dans l'eau de ditribution du Nord-Pas-de-Calais inquiète beaucoup la population de notre région. Quelles communes sont touchées? Quelles précautions faut-il prendre? Le réseau Périnatalité Hainaut vous informe...

Qu'est ce que le Perchlorate?

 

Les ions perchlorate sont des sels chlorés très solubles dans l’eau. Ils peuvent être utilisés dans de nombreuses applications industrielles, en particulier dans les domaines militaires et de l’aérospatiale (propulseurs de fusées, dispositifs pyrotechniques, poudres d’armes à feu, etc). Les ions perchlorate peuvent également se retrouver dans l’environnement à la suite de rejets industriels. Leur présence dans le Nord Pas de Calais s’explique probablement par les combats qui ont eu lieu dans la région au cours de la première guerre mondiale et la persistance de matériels militaires (obus, munitions, etc) dans les sols.

 

Depuis combien de temps dure la pollution ?

 

On sait que les perchlorates sont utilisés depuis le 19ème siècle mais il n’y a pas d’élément sur le
niveau d’exposition passée car les premières analyses ont été réalisées à l’automne 2011. En effet,
les ions perchlorate ne figurent pas dans la liste des substances réglementées pour la qualité de l’eau du robinet. On ne connaît donc pas les concentrations en perchlorates avant cette date.

 

Quels sont les effets sur la santé liés à l'ingestion de perchlorates ? Cette substance est-elle cancérigène ?

Cette substance n’est pas cancérigène.

Même si les études épidémiologiques ne permettent pas de conclure à une relation causale entre une
exposition environnementale aux perchlorates et des effets sur la fonction thyroïdienne, le
perchlorate peut, par compétition, induire une diminution de l’absorption d’iode qui pourrait elle-
même entrainer un déficit en hormones thyroïdiennes. Il s’agit donc d’un effet biologique plus que
clinique.
Il convient de souligner que les perchlorates ne s’accumulent pas dans l’organisme humain et que
leurs effets sont réversibles chez l’adulte et l’enfant. Les fluctuations de courte durée des hormones thyroïdiennes ne sont pas un problème chez l'adulte et l’enfant, sans déficit en apport d’iode, car la thyroïde présente des mécanismes adaptatifs face à une variation des apports en iode.

 

Comment les perchlorates exercent-ils leurs effets sur la thyroïde ?

 

Les études réalisées chez l’Homme par ingestion de perchlorate de potassium via l’eau de boisson
montrent que les ions perchlorate sont rapidement absorbés au niveau du tractus gastro-intestinal.
Les concentrations sanguines maximales sont atteintes en quelques heures (ATSDR, 2009). Les
ions perchlorate sont distribués rapidement dans l’organisme, notamment vers la thyroïde. Ils sont
des inhibiteurs compétitifs du passage actif des ions iodure de la circulation sanguine dans les
cellules des follicules thyroïdiens. Le site de cette action d’inhibition est une protéine membranaire, le symporteur sodium-iode (NIS), située dans la membrane basale des cellules folliculaires, adjacentes aux capillaires thyroïdiens, selon un mécanisme de transport actif ATPase dépendant. C’est un mécanisme réversible et saturable stimulé par la thyréostimuline hypophysaire (TSH).

http://www.anses.fr/Documents/EAUX2011sa0024.pdf

 

Plusieurs anions autres que les ions perchlorate (par exemple les ions nitrate ou thiocyanate)
peuvent entrer en compétition à ce niveau avec les ions iodure. Les ions perchlorate ne sont pas
métabolisés chez l’Homme et sont rapidement éliminés dans les urines (> 90 %) (Anbar et al.,
1959).

 

Quelles sont les personnes les plus à risque ?

Sur la base des avis des experts de l’Anses des 18 juillet 2011 et 20 juillet 2012, les populations
identifiées comme étant à risque sont :
- les nourrissons alimentés par les biberons préparés avec l’eau du robinet : ils ont un apport et un
stock en iode, nécessaire pour la fabrication des hormones thyroïdiennes, plus limités que l’adulte
sain. Un apport trop important de perchlorates nuirait à cette activité,
- les femmes allaitantes pour le nourrisson : les perchlorates passent dans le lait maternel et les
nourrissons ont un apport et un stock en iode, nécessaire pour la fabrication des hormones
thyroïdiennes, plus limités que l’adulte sain. Un apport trop important de perchlorates nuirait à cette
activité,
- les femmes enceintes pour le fœtus : les perchlorates passent dans le sang et traversent le placenta.
Ainsi, le fœtus (qui bénéficie d’une partie des hormones thyroïdiennes de sa mère) pourrait voir sa
production d’hormones thyroïdiennes diminuée du fait de la consommation par la mère d’eau
contenant des perchlorates.