Interruption Médicale de Grossesse

Le recours à une IMG est possible si la grossesse met gravement en danger la santé de la femme enceinte ou si l'enfant à naître est atteint d'une affection particulièrement grave et incurable.

L'IMG peut être pratiquée au delà de la 12ème semaine de grossesse. 

Elle est prise en charge au titre de l'assurance maternité.


Qui fait la demande ?

 Si la femme enceinte envisage d'y recourir, sa santé risquant être mise en péril, elle doit s'adresser à un médecin spécialisé en gynécologie obstétrique exerçant en établissement publique de santé ou un établissement privé autorisé à recevoir les femmes enceintes. 

Ce médecin réunit alors une équipe pluridisciplinaire, pour avis consultatif. 
 

Qui prend la décision ?

Elle est effectuée par une équipe médicale pluridisciplinaire, qui constate qu'il existe (ou non) un motif pour pratiquer l'IMG. 

Dans tous les cas, la femme enceinte concernée doit bénéficier d'une information complète et donner son accord. 

Elle (seule ou en couple) peut demander à être entendue préalablement par l'équipe ou par certains de ses membres.


Comment est composée l'équipe médicale dans le cas ou la santée de l'intéressée est en danger ?

 Elle comprend au moins trois personnes : 

  • un médecin qualifié en gynécologie obstétrique, 

  • un médecin choisi par la femme enceinte, 

  • une personne qualifiée tenue au secret professionnel (psychologue, assistant(e) social(e)...). 

Les deux médecins doivent exercer en établissement public de santé, ou privé autorisé à recevoir des femmes enceintes. 

Un procès-verbal de réunion est établi. 

Au terme de la concertation, s'il apparaît au deux médecins que le risque est fondé, ils établissent les attestations permettant l'intervention. 


Comment est composée l'équipe médicale dans le cas où la santé de l'enfant est en danger ? 

Si l'enfant est atteint d'affection grave, l'équipe médicale est celle d'un centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal. 

L'intéressée peut demander à un médecin de son choix d'y être associé. 

Au terme de la concertation, s'il apparaît à deux médecins que le risque est fondé, ils établissent les attestations permettant l'intervention. 

 

Qu'est ce q'un centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal (CPDPN) ?

 Les CPDPN ont pour missions principales :

- de favoriser l'accès à l'ensemble des activités de diagnostic prénatal,

- de donner avis et conseils en matière de diagnostic, thérapeutique et pronostic,

- d'organiser des actions de formation théorique et pratique.

]

 

Temps de décision

Il n’y a aucun délai limite pour pratiquer l’IMG, dès lors, puisqu’il n’y a jamais urgence tant que la vie de la mère n’est pas en danger. Il est important que les parents puissent se poser et comprendre au mieux le diagnostic et les conséquences de la pathologie de leur enfant en en parlant aux médecins, associations de malades ou toute autre personne compétente.

Les examens proposés aux parents, qui peuvent parfois sembler longs, inutiles, fastidieux permettront d’affiner ce diagnostic. Cela sera d’autant plus important pour le suivi de la grossesse suivante.

Ces examens permettront d’étayer le dossier médical qui sera présenté au Centre de diagnostic Prénatal, afin que l’autorisation de l’IMG puisse être accordée aux parents. En cas d’accord, les parents restent seuls les derniers décisionnaires.

Il est un temps délicat à gérer, la période entre l’annonce de la malformation, la prise de décision et enfin l’accouchement si telle est la décision.. L’enfant est là, au sein de la mère, mais pourtant, la question est posée.

Le temps de décision est essentiel afin d’éviter au maximum les remords, les regrets. N’hésitez pas à écrire vos questions pour n’en oublier aucune, posez les toutes, aussi saugrenues puissent-elles vous sembler.

Les parents peuvent alors également penser à accueillir un enfant porteur d’un handicap, de confier leur enfant à l’Aide Sociale à l’Enfance ou, éventuellement suivant la pathologie, d’accompagner leur enfant vers les soins palliatifs.

 

Se préparer à accueillir son enfant

La décision prise, préparez vous à accueillir votre enfant., même si vous avez envie d’en finir au plus vite. Se préparer à accueillir son enfant, c’est par exemple penser à son prénom? à l’annonce aux proches, à ses funérailles, aux vêtements qu’on souhaite le voir porter…

 

L’entretien pré-IMG

Cet entretien fait suite à la consultation d’expertise (moment de la décision). Il a pour but d’informer les parents sur le déroulement pratique de l’IMG, de répondre à leurs interrogations souvent pressantes et angoissantes mais aussi de leur indiquer des possibles chemins d’élaboration du vécu « avenir » de leur décision en leur proposant d’y accorder un temps de réflexion pour qu’ils puissent s’y reconnaître, se déterminer et trouver leurs propres références.

La problématique de l’IMG tient dans les sentiments douloureux qu’elle suscite et qui se jouent dans les champs du conscient et de l’inconscient. C’est le chagrin de devoir renoncer au projet de l’enfant souvent déjà fortement élaboré. C’est la blessure narcissique de ne pas avoir fait un enfant conforme à la normalité et de ne pas répondre, ainsi, à l’exigence de la filiation et à l’inné secret besoin de se perpétuer. Mais c’est aussi et surtout la culpabilité : culpabilité du refus d’accepter un enfant porteur d’un handicap ou différent, culpabilité de décider sa mort, culpabilité de ressentir de la rage pour ne pas dire de la haine pour ce fœtus « responsable ». Les propositions d’accompagnement élaborées par l’équipe tiennent dans des actions qui susciteront , tout au long de la prise en charge technique, des moments forts sur le plan émotionnel, favorisant ainsi l’émergence de ces sentiments qui doivent se reconnaître, se révéler et s’exprimer pour mieux être contenus, gérés et s’apaiser ensuite. Les parents doivent pouvoir aborder avec eux la mort et l’absence du petit frère ou de la petite sœur sans pour autant préciser la décision de l’IMG

 

La mort du bébé

Sujet très sensible pour les parents et soignant.
Lors de l’Exitus [geste qui induit la mort du bébé] , le cordon reliant le Bébé au placenta est piqué deux fois sous échographie : une anesthésie, puis après lorsque le Bébé dort, le coeur est arrêté par une seconde piqure dans le cordon également. C’est un moment émouvant, durant lequel vous pouvez prendre le temps de dire "Adieu" à votre enfant.

 

Liens Utiles :

 

- Association Clara : http://association.clara.free.fr/

- Association Nos Tout Petits : http://nostoutpetits.free.fr/

- Association L'enfant sans nom : http://lenfantsansnom.free.fr/

- Association Valentin (anomalies chromosomiques): http://www.valentin-apac.org/

- Réseau D.E.S. France (Distilbène) : http://www.des-france.org/accueil/

- Association SPAMA (Soins Palliatifs en Maternité) : http://spama.asso.fr

- Association Naissance en Deuil : http://www.naissanceendeuil.org

- Association Petite Emilie : http://www.petiteemilie.org/index.php